Actualité

INTERVIEW DE LAURENT ISOARD

 

Laurent - NB 

Signa-Terre fête cette année ses 10 ans d’existence

 

C’est en 2008 que naissait cette bienveillante idée : vouloir changer les habitudes afin de réaliser des économies d’énergie tout en préservant notre terre.

Pari réussi puisqu’aujourd’hui Signa-Terre se retrouve en constante croissance et ne manque pas de ressources en matière d’innovation.

Heureuse d’avoir été précurseur dans le domaine de l’immobilier durable et de continuer à agir pour cette cause.

 

L’entreprise en quelques chiffres :

 

20 emplois créés dans des nouveaux métiers

3 localisations (Genève, Vaud et Bâle)

Au service de plus de 100 clients régies, fonds immobiliers privés et institutionnels ou de collectivités

Avec près de 5'000 bâtiments en surveillance énergétique, 5'000 bâtiments en gestion patrimoniale et technique, dont plus de 3'000 qui utilisent toutes ses solutions

Plus de 500 études d’audits énergétiques, de certification Minergie® et d’expertises

 

Laurent Isoard, directeur général et co-fondateur de Signa-Terre, répond à nos questions et nous livre ainsi ses impressions sur ces 10 années passées à œuvrer au développement de la société :

 

 

Laurent, en quelques mots, quel sentiment ressens-tu après ces 10 années d’activités, cette réussite et cette évolution ?

 

Beaucoup de fierté. Une équipe de 20 personnes et autant de familles derrière, je suis vraiment fier que Signa-Terre ait créé de la valeur et qu’elle soit toujours restée en phase avec ses prémices. Je pense que nous accomplissons notre travail avec « de la manière », « du fond » et « de la forme » sans perdre de vue notre devise « travailler sérieusement sans se prendre au sérieux »

De plus, nous avons gardé cet esprit « Start-up » et « jeunes motivés » tout en arrivant à nous réinventer. Cette évolution permet d’être confiant pour l’avenir.

La période de dix ans paraît courte et longue à la fois et elle se découpe en trois révolutions depuis 2008.

En effet la première est l’intégration de la comptabilité énergétique du schéma de comptage des énergies et des factures de consommation pour produire un ImmoLabel de qualité et certifié.

La deuxième correspond à la synthétisation de nos résultats pour amener les éléments nécessaires aux décideurs. Il s’agit de l’outil que nous avons appelé ImmoStrat.

Et pour finir, le portail intégrant le développement et la gestion patrimoniale. Celui-ci étant la fusion de nos outils ImmoLabel et ImmoData.

 

Une anecdote particulière à partager avec nous ?

 

Il y en aurait plusieurs à raconter bien sûr mais une journée restera particulièrement gravée dans le parcours des débuts de Signa-Terre. Cet épisode se passe lors de la 1ère assemblée des actionnaires, le 27 novembre 2008.

La veille de cette assemblée nous (mon associé et moi-même) faisons face à un dur constat : les caisses de l’entreprise sont vides. Nous avions financé notre solution et par conséquent épuisé l’ensemble des fonds. Nous avions auparavant fait bon nombre de présentations à divers prospects, celles-ci étaient toujours chaleureusement accueillies … mais pas de contrat de signé ! A ce moment il devient nécessaire de recapitaliser la société pour pouvoir continuer notre parcours. Je prépare les slides du PowerPoint qui résume la situation dans ce sens pour notre meeting, peu pressé que le lendemain arrive.

Mercredi matin, jour de cette fameuse assemblée, nous nous préparons sans trop d’enthousiasme, à tout, sauf au programme qui allait suivre :

Nous commençons la journée à 8h par un rendez-vous auprès d’une régie que nous avions déjà visitée. Bingo ! Ils nous annoncent qu’ils signent le contrat. A midi nous déjeunons avec la direction d’une autre régie … re-contrat signé ! Enfin à 16h en nous rendant à l’assemblée des actionnaires, un coup de téléphone … c’était parti pour le contrat d’une 3ème régie !

Au total plus de 1’000 nouveaux immeubles arrivent chez Signa-Terre en l’espace d’une journée et contre toutes attentes, ils renversent totalement la situation. De la recapitalisation que nous redoutions à 8h le jour même, nous réalisions que l’avenir de Signa-Terre et son développement étaient à présent assurés pour les trois prochaines années.

Nous nous sommes présentés devant nos actionnaires en fin de journée, sans rien modifier des slides préparés la veille et pouvions alors lire la déception sur leurs visages. Nous avons conclu la présentation par ces mots : « mais ça, c’était ce matin à 8h » et leur avons fait part de la suite de cette journée.

3 contrats qui ont tout bouleversé…Cette journée incroyable restera ancrée dans nos mémoires.

 

Raconte-nous ton pire rendez-vous professionnel ?

 

C’est peut-être bien le tout 1er rendez-vous professionnel de Signa-Terre devant un grand propriétaire immobilier. Cet entretien a mis une sacrée claque aux vaillants entrepreneurs que nous étions.

Forts de nos convictions, de notre ardeur et de notre candeur, nous déroulions nos slides expliquant çà et là comment nous allions changer le monde, faire des chartes pour les fournisseurs, contrôler les matériaux dans les appartements, rénover tout le parc immobilier, etc, etc, etc …

Notre client écoutait poliment notre présentation sans trop de réaction. A l’issue de celle-ci nous lui avons demandé, comme il s’agissait de notre 1ère présentation, si il avait des critiques à faire, des corrections, ou des améliorations à proposer. Je me rappelle encore son sourire … « vous êtes sûrs de vouloir entendre nos remarques ? »

Et là, il est revenu sur tous les slides : le fond, la forme et même le logo (je précise qu’à l’époque il était représenté par une coupe de la terre). Tout était à revoir, à repenser, il fallait sérieusement que nous nous remettions en cause. D’un coup, nous nous sommes retrouvés totalement à terre.

Nous nous étions rendus à ce rendez-vous avec toute l’ardeur et la candeur du débutant, sûrs et convaincus que nous allions changer le monde et la rénovation énergétique. Quelle remise en question !

Je salue son attitude constructive, car au terme de cet entretien, il nous a proposé son aide pour revoir et améliorer notre présentation. Ce qu’il a fait.

Je suis retourné le voir, à plusieurs reprises, avec des présentations sous le bras et il a pris le temps de corriger chaque slide, l’un après l’autre, jusqu’à ce que nous obtenions la présentation finale.

Nous lui sommes très reconnaissants de nous avoir rendu cet immense service. Nous ne nous connaissions pas à cette époque. Aujourd’hui, en plus d’être un fidèle client il est devenu un ami et je l’apprécie beaucoup.

Finalement, c’est un rendez-vous plutôt réussi.

 

Peux-tu justement nous parler des amitiés qui sont nées durant cette aventure, depuis 2008 ?

 

Celle-là justement est un bon exemple d’amitié qui aurait pu paraître improbable. Et la liste des belles amitiés est longue.

On se rend compte aujourd’hui, lorsque nous préparons des listes d’invités pour nos événements, que le nombre des personnes importantes à nos yeux ne cesse de grandir.

Pour la plupart le tutoiement est de rigueur, cet esprit amical a créé un climat très convivial.

Pas plus tard que ce midi j’étais en compagnie d’un régisseur avec qui nous collaborons depuis plusieurs années mais avec qui nous partageons aussi volontiers un déjeuner en dehors du contexte professionnel pour passer un bon moment. C’est aussi un aspect positif de notre travail, on y fait de très belles rencontres.

 

Et pour finir, si tu pouvais, d’un coup de baguette magique, réaliser un souhait pour l’avenir, même irréalisable, lequel serait-il ?

 

Laurent répond instantanément :

Mettre le litre d’essence, de gaz et mazout à CHF 150.- le litre. Le rythme de rénovation du parc immobilier s’accélérerait furieusement 

 

 

Categories:Actus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>